Nathalie Manfrino, Soprano

Opéra : une histoire d’Amour – Destin de femmes

Airs et Duos d’Opéra de Bizet, Verdi et Puccini
Label Decca Classics – Deutsche Grammophon

     Label Decca Classics        Label Deutsche Grammophon

 

Héroïnes d’Opéra, Femmes Héroïques, Histoires de femmes

Le répertoire : les plus grands airs et duos d’opéra Italien et Français et « Un voyage Lyrique autour des plus belles histoires de la littérature Française »

Extraits de :
La Boheme de Puccini
(Scènes de la vie de boheme – Roman d’Henri Murget)

La Traviata de Verdi
(La Dame aux Camélias – Roman d’Alexandre Dumas)

Carmen de Bizet
(Carmen une Nouvelle de Prospère Merimee)

Nathalie Manfrino (Soprano)
Anaïk Morel (Mezzo)
Jean-François Borras (Tenor)
Etienne Depuis (Bariton)

Enregistré avec l’Orchestre Régional d’Avignon Provence.
Direction : Samuel Jean.

 

Illustration Opéra : une histoire d'Amour - Destin de femmes
Illustration Stéphane Manel

 

TRACK LIST DU CD :
ACTE 1
1/ Prélude Carmen
2/ Mi chiamano Mimi – La Bohème (Nathalie Manfrino)
3/ Che Gelida manina – La Bohème (Jean-François Borras)
4/ Un di, felice, eterea – La Traviata (Borras / Manfrino)
5/ L’amour est un oiseau rebelle (Habanera) – Carmen (Anaïk
Morel)
6/ Votre toast, je peux vous le rendre – Carmen (Etienne Dupuis)
7/ O soave fanciulla – Bohème (Borras / Manfrino)
ACTE 2
8/ Prélude Traviata
9/ Ah ! Dite alla giovine – La Traviata (Dupuis / Manfrino)
10/ Donde lieta usci – Bohème (Manfrino)
11/ Près des remparts de Séville (Séguedille) – Carmen (Morel /
Borras)
12/ La fleure que tu m’avais jetée – Carmen (Borras)
13/ Di provenza il mar – Traviata (Dupuis)
14/ Addio del passato – Traviata (Manfrino)

Sortie du disque prévue Février 2018
Vous pouvez précommander le CD en cliquant sur ce lien : https://dgfrance.lnk.to/Opera

Opéra : une histoire d'Amour - Destin de femmes

Ce disque parle de ces femmes, ces héroïnes romanesques ou modernes, qui ont révolutionné la condition féminine. Des femmes fortes qui prennent en main leur destin, qui décident de ne plus être victime. Victime de la société, des hommes, de la pauvreté ou de leur condition. Ou plutôt malgré leur condition décident d’agir, d’affronter, d’exploser les codes …

 

DES HEROINES DE LA VIE
Texte Booklet :

Quels points communs entre La Traviata de Giuseppe Verdi (1854), Carmen de Georges Bizet (1875) et La Bohème de Giacomo Puccini (1896) ?
Ces ouvrages comptent certainement parmi les Operas les plus célèbres du répertoire lyrique mais surtout ces 3 partitions sont chacune d’entre elles des adaptations de chefs d’œuvres littéraires Francais : La Dame aux camélias d’Alexandre Dumas (1848), Carmen de Prosper Mérimée (1847) et Scènes de la vie de Bohème de Henry Murger (1851). Autant de portraits de femmes qui ont marqué leur époque grâce à leur histoire, offrant un voyage au cœur du Romantisme, un voyage vers la seconde moitié du XIXème siècle.

Plus de 150 ans nous séparent de cette période qui mettait ces émotions profondes au centre de tout Art. Que reste-t-il du Romantisme aujourd’hui ? Pour la soprano Nathalie Manfrino, l’opéra aujourd’hui, plus que jamais, joue son rôle libérateur d’émotion, si l’on considère l’engouement du public. Le genre n’a jamais véritablement disparu et tend à revenir sur le devant de la scène. L’essence du projet « Opéra : une histoire d’Amour » y réside. « Avec cet enregistrement, nous avons voulu créer un Opéra romanesque, une sorte d’Opéra Imaginaire avec une véritable tragédie musicale construite à partir du meilleur des partitions des compositeurs de l’époque, tradition qui était déjà de mise à l’époque Baroque.  C’est un parti pris qui permet de mettre en valeur, avec une dramaturgie cohérente le destin de trois femmes résolument émancipées, sublimées par la musique de compositeurs de génie».

Violetta, Carmen, Mimì. Trois personnages qui, malgré leurs différentes conditions sociales, n’en restent pas moins des femmes modernes qui renoncent à leur vie pour l’Amour et décident de prendre leur destin en main. « Ce sont avant tout des femmes libres, explique Nathalie Manfrino. Des femmes fortes au destin brisé, dévorées par la passion, que j’ai aimé défendre tout au long de ma carrière. Je l’ai fait avec d’autant plus d’engagement et d’identification car plus d’un siècle et demi après leur création, leur condition féminine n’est pas si éloignée de ce que nous vivons aujourd’hui.  Une question universelle demeure, comment exister en tant que femme libre et amoureuse et non plus en tant que victime contre les barrages de la société ? Quand vous incarnez ces destins de femmes, il vous faut comprendre leur souffrance pour pouvoir toucher le public. Il vous faut passer vous-même par ces étapes pour grandir et s’abandonner sur scène. La vie de chanteuse est à sa manière un véritable sacrifice. La passion de la voix vous amène à avoir une vie différente que les autres, faite de voyages, de rencontres mais aussi de renoncements. Un peu comme ces trois femmes qui osent s’imposer contre l’ordre établi et la volonté de leurs Pères. »

Pour concrétiser ce projet, il était important de s’entourer d’une nouvelle génération de chanteurs prête à suivre l’aventure et témoigner de leur passion commune. L’Opéra a beau avoir plus de 400 ans depuis la création de Orfeo par Monteverdi (1607), il reste toujours aussi actuel. « Avec la mezzo-soprano Anaïk Morel, le ténor Jean-François Borras et le baryton Etienne Dupuis, nous avons formé une jeune équipe dotée d’une grande ouverture d’esprit sans pareil, tous prêt à regarder vers l’avant tout en s’inspirant de nos ainés et des enregistrements passés. L’occasion aussi de présenter au public les quatre principales tessitures que l’on retrouve souvent dans l’idéal de l’opéra, continue Nathalie Manfrino.

Pour créer cette histoire imaginaire, il fallait trouver l’équilibre parfait entre les airs, tout en respectant les codes de l’Opéra. Le premier Acte débute par le Prélude de Carmen pour capter l’attention du public. S’en suit la présentation de chaque personnage et une déclaration d’amour ; en l’occurrence la plus belle qui soit, celle de La Bohème entre Rodolfo et Mimì. « Mais comme chacun sait, l’Opéra se termine souvent mal, ajoute Nathalie Manfrino. En débutant le deuxième Acte par le Prélude de la Traviata, on sent immédiatement que l’histoire va mal tourner. D’abord par la confrontation entre le père Germont et Violetta dans la Traviata, puis celle entre Don José et Carmen, jusqu’aux adieux inévitables de Mimì et Violetta.

En restant fidèles à elles-mêmes, ces femmes font preuve d’une volonté sans pareil à une époque où leur liberté pouvait être sans cesse bafouée et réprimée. Modernes et avant-gardistes, ces Femmes n’ont eu de cesse de s’imposer face à une société masculine qui ne laissaient guère de place à l’égalité des sexes. Par la sublimation de la musique Verdi, Bizet, Puccini, ont aidé à faire évoluer la condition féminine. Ces chefs d’œuvres ont le pouvoir sur l’âme de traverser les époques. Aujourd’hui, le combat continue et nous aurons toujours besoin de ces femmes hors du commun pour nous inspirer. A chaque époque, ses batailles mais « En cela, nous serons toujours des Violetta, des Mimi et des Carmen. » conclut Nathalie Manfrino.

Suivez moi sur les médias sociaux !
FacebookTwitterInstagram

Opéra : une histoire d'Amour - Destin de femmes